Karting-Sud.com Karting-Sud.com
Menu
Accueil
Forum
Calendrier 2017
Live Timing
Circuits
Catégories
Clubs
Résultats
Reportages
Portraits Pilotes
Contacter un officiel
Petites Annonces
Multimédia
Albums Photos
Vidéos
Fonds d'Ecrans
Liens Internet



Le Site Internet
L'association
Contacts du Site
Autocollants







OKS

25/26 février 2006 : 1ère manche du Trophée Gangeois

Les Résultats


Minimes / Cadets
Essais Chronométrés
Manche Qualificative
Pré-Finale
Finale

X30
Essais Chronométrés
Manche Qualificative
Pré-Finale
Finale

N125 / ICC
Essais Chronométrés
Manche Qualificative
Pré-Finale
Finale

FFSA
Essais Chronométrés
Manche Qualificative
Pré-Finale
Finale

OPEN
Essais Chronométrés
Manche Qualificative
Pré-Finale
Finale



Le Résumé de l'Epreuve


Ca y est, la neige est partie, les températures remontent, on a troqué son ancien matériel pour un ensemble dernier cri. Remorque accrochée à la voiture et chéquier autour du cou et… hop, une nouvelle saison commence ! Beaucoup d’interrogations pour cette saison, notamment avec l’arrivée des moteurs X30. Cette année, les retrouvailles se sont faites à Ganges, pour l’immortel trophée Gangeois, organisé par l’ASK la Seranne. Les très sympathiques Paul et Fabien Lopez avaient tout préparé en famille pour que 2006 soit une réussite à Ganges. Pour cette répétition générale du championnat interrégional, 70 pilotes avaient répondus présents dont une vingtaine de Midi-Pyrénées et une quarantaine de Languedoc-Roussillon. Durant tout le week-end, la météo s’est montrée clémente, avec des températures avoisinant les 10°C, et un ciel couvert.

Minimes/Cadets

7 minimes et 7 cadets au départ.
Charles Magnin (cadet) aura fait vibrer monsieur Lopez : durant ses 4 derniers tours, il fit et améliora à 3 reprises le record de la piste en cadet. Il signe ainsi une pôle en 55.086 devant Pascal Belmaaziz (cadet) et malgré l’excellente prestation d’Alex Baron (minime) en pneus froids. Enzo Guibbert (minime) s’empare de la 3ème place et de la pôle en minime avec aussi un record du tour : 55.600.
Dès le départ, Belmaaziz (cadet) montre à Magnin (cadet) qu’il ne se laissera pas faire en le dépossédant du leadership. Ces 2 pilotes s’échapperont progressivement pendant que Baron (minime) et Guibbert (minime) se livrent à une splendide lutte pour la 3ème place, Thomas Gilbert (cadet) étant plus attentiste. A quelques tours de la fin, Magnin (cadet) repasse en tête devant Belmaaziz (cadet) tandis que Gilbert (cadet) a doublé Baron (minime) et Guibbert (minime) et que Robin Chapront (cadet) remonte sur le groupe de tête. Finalement, Magnin (cadet) termine premier, mais Belmaaziz (cadet) cède sa seconde place à Gilbert (cadet) conséquence indirecte d’une sortie de piste à 2 tours de la fin. Guibbert (minime), Chapront (cadet) et Baron (minime) finissent groupés pour la 4ème, 5ème et 6ème place.
Encore un superbe départ de Belmaaziz (cadet) en préfinale, lequel s’empare immédiatement de la seconde place, derrière Magnin (cadet). Durant toute la suite de la course, Magnin (cadet) et Belmaaziz (cadet) vont s’échapper, sans pouvoir s’attaquer, et finiront ainsi aux 2 premières places. Baron (minime) s’empare de la troisième place, malgré un excellent début de course de Gilbert (cadet), échouant à la 4ème place. Chapront (cadet) prend la 5ème place devant Guibbert (minime) après une belle bagarre dans les derniers tours. A noter que Pierre Vergnes (minime) ne finit qu’à la 10ème place, sûrement freiné par le papier toilette accroché à sa barre anti-encastrement.
La finale minimes/cadets aura été la plus belle course du week-end, félicitation aux jeunes pousses pour leur prestation et le spectacle offert. En tête dès le début de la course : Magnin (cadet), Chapront (cadet) et Belmaaziz (cadet), suivis de loin par Baron (minime), Guibbert (minime) et Suau (minime). Chapront (cadet) abandonne malheureusement à 6 tours de la fin, alors qu’il semblait beaucoup plus à l’aise qu’en préfinale. A partir de ce moment là, Belmaaziz (cadet) s’attaque à Magnin (cadet) et le prive de la première place. Une belle bagarre entre eux s’en suivra, mais c’est Belmaaziz, qui l’emporte en cadet, devant Magnin, et Bilaude. En minimes, Guibbert et Baron se lancent dans un mano a mano magnifique, qui s’achèvera au dernier tour… dans l’épingle menant à la ligne d’arrivée, l’anglo-français Alex Baron place une exceptionnelle attaque sur Guibbert, lequel ne peut répliquer et laisse filer la victoire. En minimes donc, Baron l’emporte devant Guibbert et Suau, qui n’a pu suivre que de loin.

FFSA

20 pilotes FFSA présents à Ganges pour cette première manche du trophée gangeois.
Julien Gautheron et Nicolas Amiel se placent d’entrée aux avants-postes en signant leur chrono au tout début de la séance et en rentrant aux stands. Ils resteront d’ailleurs en première ligne jusqu’à la fin de la séance.
Dès le départ de la manche qualificative, Nicolas Amiel perd 3 places et restera englué dans l’arrière du groupe de tête. Julien Gautheron, Thibault Taquet et Sébastien Garcia mènent la course de bout en bout, devant Alexis Zervos, Christopher Rousseau et Nicolas Amiel, les 6 pilotes étant en formation serrée. Tout reste calme jusqu’aux derniers tours où les attaques se multiplient. Au terme d’un dernier tour apocalyptique, Thibault Taquet s’impose, devant Julien Gautheron, Zervos, Rousseau et Amiel. Garcia abandonne dans le dernier tour, victime de l’agressivité et de la fougue de ses concurrents directs.
Taquet prend le meilleur départ en préfinale, devant Zervos, Amiel, Julien Gautheron et Rousseau. Julien Gautheron répartira son effort sur toute la manche pour doubler petit à petit tous ses concurrents et s’imposer après avoir résisté à Taquet, très en verve dans la partie sinueuse et moins rapide dans les lignes droites. Taquet finit 2ème, devant Rousseau. Zervos et Guillaume Gautheron finissent un peu plus loin, en 4ème et 5ème place. Encore une fois malchanceux, Nicolas Amiel, après une erreur, repart 15ème et n’a pas eu le temps de remonter.
Départ rugueux en finale FFSA, mais aucun dépassement n’est à signaler… Julien Gautheron semble beaucoup plus rapide que ses concurrents et s’échappe petit à petit. Derrière lui, pour la seconde place, Taquet, Zervos et Rousseau s’engagent dans une lutte sans merci, passant quelques fois à 3 de front aux freinages. Finalement, Julien Gautheron l’emporte assez aisément, devant Taquet, Zervos et Rousseau dans un mouchoir de poche. A noter la grosse chute au classement d’Esteban Josse, qui aurait mérité mieux que sa 11ème place, et les difficultés de Leslie Marie, soulagée d’en avoir fini avec cette finale.

Open

Après ses déboires en X30 avec notamment une casse moteur, Stéphanie Rollin a décidé de prendre le départ, avec sa coéquipière au sein du Nelson Desplat Racing Team : Florence Moron en ICA. Autres engagés en open : Clément Sudre en N100, Jean Jouines en Nationale, et Olivier Guy en Rotax Sénior.
Qualifications dominées par Stéphanie Rollin, qui devance Florence Moron et Clément Sudre. On notera l’excellente performance de Jouines, qui a roulé plus vite que le rotax sénior : Guy.
A attaquer dans le tour de formation, à pneus froids, on peut y perdre la course, c’est en tout cas ce que ne refera plus le jeune Clément Sudre, qui, après un tête à queue dans le tour de formation, n’arrivera pas à repartir. Départ donc à 4 dans cette catégorie. Les positions sont figées et les écarts vont se creuser. Rollin termine première, devant Moron, Jouines et Guy.
Etonnante préfinale, puisque la polewoman : Stéphanie Rollin est absente au départ. Au bout de 3 tours, c’est sa coéquipière : Moron, qui abandonne alors qu’elle était en tête. La course se finit donc à 3, Sudre s’imposant, loin devant Jouines et Guy.
Retour aux choses sérieuses en finale avec la présence de Rollin. Les nationale et Rotax sont vite dépassés par les ICA des féminines, lesquelles remontent très vite sur le N100 de Sudre. A mi-course déjà, Rollin a repris la tête, devant Moron et Sudre. Pas de chance cette fois-ci, Stéphanie Rollin casse un pignon et abandonne à 5 tours de la fin, alors qu’elle avait course gagnée. Finalement, c’est Florence Moron qui l’emporte devant Sudre, Jouines et Guy.

X30

Grosse inconnue de ce début de saison : l’affluence en X30. Cela commence très bien, puisque 16 pilotes ont répondu présent (18 si l’on compte Rollin et Moron qui ont finalement roulé en ICA).
Excellent début pour les Birel boys : Perez et Dessens, ce dernier signant la pôle, et Perez s’élançant à ses côtés en première ligne. Da Costa se place en seconde ligne, avec Ricart.
Le problème de fiabilité des démarreurs X30 fait rage dans les paddocks, et c’est Ricart qui en paye les frais. Le vice-champion de France formule FFSA ne prend pas le départ de la manche qualificative. Dessens prend le meilleur départ, devant Perez et Da Costa. En difficultés en début de course, Guillaume Da Costa cède du terrain et se retrouve 6ème à mi course, dépassé par Lara, Praud et Bisi. En tête, Dessens va progressivement se mettre à l’abris, Perez finissant 2ème et Lara 3ème. Après avoir beaucoup résisté, Alexandre Praud termine à une belle 5ème place.
Problèmes de démarreur : suite. Une rumeur circule dans les paddocks selon laquelle Perez, jusqu’alors second ne pourrait pas partir à cause d’une panne de démarreur. Heureusement pour lui, il s’élancera de sa première ligne. Départ houleux, avec un accrochage entre les 2 leaders partageant la même tente : Perez et Dessens. Ce dernier est d’ailleurs le grand perdant de l’histoire, puisqu’il se retrouve plongé dans les entrailles du classement alors que Perez s’empare de la tête. Perez s’échappe en compagnie de Da Costa, lequel ne passera pas à l’attaque, se contentant de la seconde place. Derrière, on assiste à de très belles remontées de la part de Ricart, parti dernier, et de Dessens, remontant tout le peloton après son accrochage au départ. Dessens termine in extremis devant Lara, pour la troisième place, avec seulement 2 millièmes d’avance. Ricart termine 5ème.
La finale des X30 aura été une course très calme, les places étant quasiment figées. Nicolas Perez s’élance devant Da Costa et Dessens. Les trois hommes vont s’échapper suivis par Ricart puis Lara. Au fil des tours, la pression monte dans le trio de tête, mais la première attaque a lieu à 3 tours de la fin : Mickaël Dessens s’empare de la seconde place aux dépends de Guillaume Da Costa. Pourtant le plus rapide en piste, Dessens n’arrivera pas à dépasser Perez, lesquels signent un magnifique doublé Birel. Da Costa termine 3ème à une seconde du vainqueur. Julien Ricart et Thomas Lara terminent respectivement 4ème et 5ème après une très belle course. Il est juste dommage de constater que certains pilotes expriment leur agressivité d’une manière peu recommandable en dehors de la piste.

125/ICC

Les 125cc à boîte ont répondu présent en nombre à Ganges pour cette ouverture de la saison : 17 concurrents étaient présents pour en découdre.
Benoît Pech de Laclauze semble le plus rapide en début de session avec le meilleur chrono. Malheureusement pour lui, dès la 5ème minute, Desjours et Luiselli s’emparent tour à tour de la pôle. Petit à petit, le chrono tombe et finalement, c’est Sébastien Leder qui s’élancera en pôle, devant Grégory Leder et Guillaume Desjours.
Au départ de la manche qualificative, les 3 premiers s’échangent leurs positions, ainsi, Desjours passe en tête devant Grégory et Sébastien Leder. Le trio de tête ne changera pas jusqu’à l’arrivée. A signaler la bonne remontée de Benoît Pech de Laclauze, dont c’était la première course en N125, qui finit 4ème, devant Adrian Bort.
Les départs arrêtés, pourtant réputés pour être virils, voire violents, sont effectués ici avec beaucoup de propreté, notamment en préfinale. Guillaume Desjours, sur son nouveau châssis BRM tiendra le leadership jusqu’à la ligne d’arrivée. Il résistera aux assauts des frères Leder durant toute la course. Grégory Leder termine deuxième, devant son frère, Sébastien. Didier Luiselli termine 4ème, collé à la plaque porte numéro de Sébastien Leder. En ce qui concerne les incidents de course, on notera le second abandon de Sébastien Sanchez, vraiment malchanceux en ce dimanche 26 février, ainsi que le freinage raté de Benoît Pech de Laclauze à l’épingle, qui lui fait perdre 3 places.
Départ de la finale brouillon, avec notamment les malheurs de Desjours, qui fait une sortie de piste au premier virage et qui perd tout espoir de victoire. C’est donc Grégory Leder qui se retrouve en tête, mais Didier Luiselli, revenu du diable Vauvert place une attaque somptueuse à l’épingle, au premier tour, et lui ravit la première place. Luiselli et Sébastien Leder s’échappent, et ce n’est qu’à 5 tours de la fin que Sébastien Leder double Didier Luiselli. Finalement, Sébastien Leder passe la ligne d’arrivée avec 1 dixième d’avance sur Luiselli. Troisième, Grégory Leder complète le podium, une demi longueur devant Loris Fochesato. Décidément en délicatesse avec ses freins, Pech de Laclauze manque un freinage et sort de la piste avec Adrian Bort. Course finie pour Bort, Pech de Laclauze disqualifié. Ce dernier s’excusera auprès de Bort.

© Cédric Beaume pour www.karting-midi-pyrenees.com




Les Photos


Toutes les photos prisent par Stéphane Agnus seront ajoutées aux différents albums photo des pilotes en cliquant ici.

Les photos des podiums

Les photo de Semperephoto.com



L’équipe KMP en voyage à Ganges


Pour cette première course de la saison, il fallait reprendre les bonnes habitudes… Se lever tôt le samedi matin, afin de rallier Ganges le plus tôt possible pour tout préparer. Départ de Toulouse prévu pour 8h00 le samedi matin avec Stéphane Agnus (chronométreur de l’épreuve) et Patrice Agnus (commissaire sportif et représentant de la CRK Midi-Pyrénées). Le réveil n’a même pas été dur, tant l’excitation de retrouver les pistes était forte. Pour rejoindre Ganges, au programme : 300km, et quelques heures d’autoroute… Aussi, au vues de la quantité de bagages qu’il a fallu prendre (3 sacs avec vêtements et nécessaire de toilette, 3 ordinateurs pour assurer le chronométrage et l’enregistrement des données, 2 valises de transpondeurs de la CRK, 1 valise AMB avec le matériel de chronométrage, l’imprimante pour sortir les résultats des manches, l’onduleur pour éviter les pertes de données dues aux coupures de courant, 1 sac avec les tenues officielles et un sac avec les feuilles et les dossiers), Patrice Agnus a décidé de prendre la 604, vieille, mais très spacieuse et confortable, bref, adaptée aux longs voyages. Même malgré la taille hors du commun du coffre de la Peugeot, on fut forcé de mettre des sacs sur les sièges arrières.

Bref, au départ de Toulouse, la route étant longue et assez complexe, on décide de se fier au GPS de Stéphane. Tout se passe bien, jusqu’à la sortie de l’autoroute : le GPS nous indique de sortir avant Montpellier… on suit ses conseils. On sort donc avant Montpellier et on suit la route dessinée sur l’écran. Au fur et à mesure que les kilomètres passent, on s’enfonce dans les terres et on commence à escalader une montagne… Quelle surprise lorsque, tous les 3, nous regardons le GPS et constatons que l’écran est hachuré de routes : des épingles extrêmement serrées, sur une route étroite, avec des pentes très prononcées, bref, que du bonheur avec la 206Hdi sport… mais là, la bête de course étant restée au garage, il a fallu surmonter l’envie de rallye avec la 604 : une voiture extrêmement longue, chargée à bloc, qui avait du mal à tourner… tant de difficultés qui nous ont fait haïr les épingles : en première, il fallait piquer à l’extérieur, pour prendre la corde et repartir à l’extérieur, l’angle de braquage de la voiture étant assez restreint. Il fallait aussi surveiller que personne n’arrive de l’autre côté et que l’arrière et l’avant de la voiture passent correctement l’épingle, sans toucher le muret de protection… Et lorsque les routes de montagne ne tournaient pas, la difficulté était de croiser des voitures sans accident et sans se retrouver dans le ravin… On arrive finalement à 11h30 au circuit de Ganges-Brissac, et la chaleur de l’accueil de monsieur Lopez nous a vite fait oublier le calvaire tragi-comique du voyage. Comme dirait le vendeur : « un GPS est programmé pour vous emmener d’un point A à un point B… pour la route, c’est une autre histoire… ».

La journée du samedi se déroule bien, avec la réception des nouveaux autocollants et la mise en place du matériel de chronométrage.

Samedi soir, arrivée à l’hôtel de la poste à Ganges à 20h30. Trop tôt pour se coucher… Stéphane et moi décidons d’aller passer la soirée en compagnie de pilotes dans le salon-télé du second étage de l’hôtel… Comment ne pas résister à une soirée télé en compagnie de ces joyeuses drilles : Esteban Josse, Mathieu Legendre, Mathieu Mariani, Guillaume Gautheron et Yohan Soguel. Malheureusement pour certains, il a fallu aller au lit tôt pour être compétitif le dimanche. Pour les autres, ça a été bonne humeur et fou-rires à volonté. Notamment après le retour de parents de pilotes (dont on taira le nom…) d’un bar avec une bouteille de whiskey et une bouteille de coca… Apéro du soir, donc, en compagnie d’une demi-douzaine de personnes, dont les deux techniques midi-pyrénéens : Eric Massat et Richard Glories. Cette petite soirée entre gens du karting a duré jusqu’à 23h30, assez longtemps pour troubler la quiétude de l’hôtel et par la même, le sommeil de Claude-Alain Soguel. Le lendemain au petit-déjeuné, nous lui avons promis de lui apporter des boules « quies » dès sa prochaine course à Lavelanet.

Le dimanche de course, fut aussi très agréable, avec notamment de très belles courses, comme la finale des minimes/cadets, ou encore la préfinale des X30 et les qualifications minimes/cadets avec les records du tour de Magnin et Guibbert.

Par contre, le dimanche soir, à l’heure du retour, une question se pose : comment faire pour revenir à Toulouse ? Là-dessus, réunion au sommet des officiels Midi-Pyrénées : Stéphane Agnus, Patrice Agnus, Richard Glories et Eric Massat. Glories habitant à mi chemin entre la piste de Ganges et l’autoroute, on décide de le suivre jusqu’à ce que nos routes se séparent. Nous voilà partis pour le retour, Glories menant le peloton, devant Massat et la 604 des Agnus, 604 qui affichait beaucoup de mal à suivre les 2 anciens pilotes dans les montées. Finalement, Glories indique le chemin menant à l’autoroute à Massat, et le cortège Massat-Agnus, sans Glories cette fois, s’en va vers l’autoroute. Le chemin indiqué par Glories avait l’air assez difficile à suivre, avec beaucoup d’intersections, et la nuit qui brouillait tous les repères. A ce petit jeu, Massat eut tout bon jusqu’au dernier rond point, où il hésita et se trompa. Heureusement, Stéphane avait sorti le GPS et avait pris et indiqué le bon chemin à Massat. Sur l’autoroute, la Passat TDI break de Massat étant légèrement plus sportive que la 604 dans laquelle nous étions, nous nous séparâmes. Enfin, dernier problème avant le retour à Toulouse : il fallait chercher une station essence, le plein ne suffisant pas à faire l’aller-retour jusqu’à Ganges. Après quelques kilomètres d’attente, nous en trouvâmes une sur l’autoroute, et, après cette petite pause méritée, nous rejoignîmes Toulouse à environ 22h.


Je tiens à remercier Fabien et Paul Lopez pour leur invitation, sans eux, un week-end aussi passionnant se serait transformé en week-end de révisions. Tout s’est très bien déroulé, et même ces petites mésaventures ont toutes été prises à la rigolade ! J’ai été enchanté de faire votre connaissance, et j’espère vous revoir prochainement.


© Cédric Beaume pour www.karting-midi-pyrenees.com





Crée le 22/02/2006 08:06 par stephane
Mis à jour le 12/08/2006 11:49 par stephane
 Version imprimable
En cas de problème avec le site Internet ou le forum,
contacter envoyer un Email à contact@karting-sud.com

© Association Karting-midi-pyrenees.com
41, avenue du maréchal Foch - 31400 Toulouse
Association loi 1901 n° W313002146
Mentions Légales

Win'Kart Carcassonne


Infos Importantes


Karting 2 Muret

Statistiques
Liens Internet:  189
nombres de news:  1969
Nombres de Pages web:  503
Design by Geraldine Terrades
This Site is powered by phpWebSite © The Web Technology Group, Appalachian State University
phpWebSite is licensed under the GNU LGPL